les sources du vivant sur terre

La terre s’est formée il y a 4,567 milliards d’années.

La définition de l’ organisme vivant ne fait pas encore consensus dans les milieux scientifiques mais la plupart reconnaissent deux propriétés au vivant. Ces organismes consomment de l’énergie sous forme de nutriments en rejetant des déchets et ils se reproduisent.

Actuellement, les premières traces directes de micro-organismes sous forme de stromatolites ont été retrouvées en Australie.  Ces organismes remonteraient à 3,5 milliard d’années. Des preuves indirectes ont été retrouvées au sud-ouest du Groenland, elles dateraient de 3,7 à 3,8 milliards d’années. En 2017 des “micro-organismes putatifs” auraient été découverts au Québec et remonteraient à une période encore plus ancienne – 3,7 à 4,3 milliards d’années-.

L’ hypothèse des sources hydrothermales de  la vie explique l’apparition de celle-ci dans l’eau qui s’engouffre dans les failles géologiques des océans provoquées par le déplacement des plaques tectoniques. Cette eau s’échauffe ainsi à environ 350 degrés et se charge de différents gaz d’où naîtrait la vie.

Une autre hypothèse crédible place l’origine de la vie dans les comètes – cf observations comète de Halley par le programme Vega-et dans les météorites.

En 1953, Miller réalisa une première expérience de chimie prébiotique qui lui permit de créer des cellules simplifiées à partir de méthane et d’autres gaz. Cette hypothèse de création de la vie dans l’atmosphère ne serait plus retenue car l’atmosphère ne contenait alors que très peu de méthane et beaucoup de gaz carbonique or cette expérience est quasi impossible à partir du gaz carbonique.

En 2015, des chercheurs anglais ont renouvelé ce type d’expérience chimique à partir de cyanure et sulfure d’hydrogène et des ions de cuivre soumis à un rayonnement ultraviolet. Ils ont obtenu des nucléotides, briques de base d’ADN, des sucres et acides aminés et du glycérol, précurseur des lipides. Ces expériences de chimie prébiotique ne permettent pas d’affirmer que la vie soit née selon ce type d’expérience. On suppose actuellement qu’un monde d’ARN a précédé le monde d’ADN et de protéines.

Les analyses de phylogénie moléculaire menées sur divers gènes des trois grands groupes d’êtres vivants, Archaébactéries, eubactéries et eucaryotes, suggèrent que tous les êtres vivants actuels ont pour origine un ancêtre commun qualifié en Anglais de Last Unicellular Common Ancestor ou LUCA. On suppose qu’un tel ancêtre hypothétique présentait les principales caractéristiques connues chez les cellules vivantes actuelles.

Pour lire l’ensemble de l’article sur le Temple des Consciences

 

Ecrire un commentaire

Print your tickets

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer