Informations sur le monde créé


  • Rupert Sheldrake

    les dix dogmes de la science moderne

    1.Tout est essentiellement mécanique. Même les humains sont des machines, des “pesants robots” selon Richard Dawkins avec des cerveaux semblables à des ordinateurs.

    2.La matière est inconsciente. Elle n’a ni vie intérieure, ni point de vue. La conscience humaine n’est qu’une illusion produite par l’activité physico-chimique du cerveau.

    3.La quantité totale de matière et d’énergie reste constante. ( à l’exception du Big Bang)

    4.Les lois de la nature sont immuables.

    5.La nature n’a aucune intention. L’évolution n’a aucun but ni direction.

    6.Tout héritage biologique est matériel, porté par le bagage génétique, l’ADN et d’autres structures physico- chimiques.

    7.L’esprit est situé à l’intérieur de la tête et la conscience n’est que le résultat de l’activité cérébrale.

    8.Les souvenirs sont stockés sous forme d’empreintes matérielles par le cerveau et disparaissent au moment de la mort.

    9.Les phénomènes inexpliqués tels que la télépathie ne sont qu’illusions.

    10.La médecine mécaniste moderne est la seule qui soit réellement efficace.

     

    Ensemble ces croyances constituent la philosophie – ou l’idéologie – matérialiste dont le  présupposé est que tout est matériel ou physique même l’esprit. Beaucoup des scientifiques ne se rendent pas compte que le matérialisme est une croyance.

    Ce système est devenu dominant à la fin du XIXsiècle et tient aujourd’hui de l’évidence.

    Dans son usage courant le mot “matérialiste” renvoie à un mode de vie entièrement consacré à l’intérêt matériel, à la richesse, à la possession de biens et au luxe. Dans son livre, Rupert Sheldrake (RS) s’intéresse aux postulats scientifiques de cette philosophie plutôt qu’à ses effets comportementaux.

    Fidèle à l’esprit du scepticisme radical, Rupert Sheldrake transforme chaque dogme de cette doctrine en une question et justifie le bien-fondé de cette question.

     

     

    voir la présentation sur le Temple des Consciences

     

    1. La nature est-elle une machine ? p55
    2. .La quantité de matière est d’énergie est-elle constante ? p100
    3. Les lois de la nature sont-elles immuables ? p145
    4. La matière est-elle inconsciente ? p184
    5. La nature est-elle sans but ? p215
    6. Tout héritage biologique est-il matériel ? p256
    7. Nos souvenirs sont-ils stockés sous forme matérielle ? p304
    8. La conscience se limite-t-elle à l’activité cérébrale ? p344
    9. Les phénomènes “paranormaux” son-ils illusoires ? p373
    10. 10.La médecine mécaniste est-elle la seule qui marche vraiment ? p419

     

     

     

     

     

     

  •  

     

    Voilà plus de 10 ans déjà Jean Staune publiait ce livre fondateur d’une nouvelle vision de la vie à partir de l’enquête qu’il a menée à travers les sciences, de la physique à l’ astrophysique en passant par la théorie de l’évolution et les  neuro-sciences :” Notre existence a-telle un sens ?”

    Il y a, dit-il, ceux qui spirituellement voient que la science alliée à la technologie surpuissante nous entraîne dans un labyrinthe où les démons du mental nous conduisent à notre perte : “l‘homme, ce serviteur qui se prend pour le maître”.

    A l’inverse certains pensent que c’est par  la science que le monde moderne va retrouver la spiritualité : “voici l’heure de réenchanter le monde”.

    Jean Staune envisage que par les chemins de la science nous retrouvions le Sens qui a nourri jusqu’ici les civilisations humaines. Mais pour cela il faut changer “le programme central” de la société enseigné aux enfants.

    Quelques grands principes jalonnent ce nouveau programme :

    • il faut prendre conscience que la mécanique quantique est mortelle pour le réductionnisme qui domine notre société.
    • Selon certains astrophysiciens comme Trinh Xuan Thuan le Big Bang, par la précisions de ses constantes, suppose que nous ayons été prévus depuis le début du processus.
    • la théorie néodarwinienne de l’évolution est en crise et certains prétendent qu’à côté de la multitude de micro-mutations dues au hasard existeraient des macro-modifications survenant à un rythme beaucoup plus lent de l’ordre de la centaine voire plusieurs centaines de milliers d’années.Ces macro-mutations se feraient vers une montée du vivant où apparaissent des protéines de plus en plus complexes.
    • les physiciens David Bohm avec sa notion “d’ordre impliqué” et Bernard d’Espagnat avec celle de “réel voilé” expriment cette idée de deux mondes qui cohabitent l’un avec le temps et l’autre sans temps. Jean Staune suggère que l’homme puisse être le lien entre ces deux mondes.

    voir l’article plus détaillé sur le Temple des Consciences

     

     

  • 1.Une spiritualité qui doit retrouver l’unité fondamentale de toute chose. Nous ne sommes pas séparés du reste de la création et  d’un hypothétique créateur.

    2. Une spiritualité laïque non opposée aux religions mais qui se place en amont de celles-ci.

    3. Une spiritualité qui doit  intégrer la raison et la science.

    4. Une spiritualité qui s’appuie sur notre vécu intérieur.

    Un message central d’espoir : comme le disait Gandhi, il faut être le changement que l’on veut voir dans le monde.

    voir l’article présenté sur le Temple des consciences

     

  •  

    L’Expérience de mort imminente (EMI) est une expression désignant un ensemble de « visions » et de « sensations » consécutives à une mort clinique ou à un coma avancé.

    Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment d’amour infini, de paix et de tranquillité, l’impression d’une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux.

    Ces expériences ont donné lieu à de nombreux ouvrages écrits  après les années 1990, quelques uns depuis les années 1970  et souvent par des médecins. Ils ont donné lieu à des études de plus en plus vaste dont la dernière de l’Université de Southampton porte sur plus de 2000 cas a été publiée en octobre 2014 sous la direction du docteur Parnia spécialiste en médecine urgentiste et directeur de recherche en réanimation.

    Pour lire l’article complet sur le Temple des consciences

  •  

    Pour Patanjali, le but du yoga est l’arrêt des fluctuations du mental.

    La conscience ordinaire – citta– est en proie à des mouvements tourbillonnants – vritti– à des modifications incessantes.

    Dans l’état méditatif, les fluctuations du mental se sont raréfiées et peuvent même disparaître.  Pour y parvenir,  rien ne sert de vouloir arrêter ces fluctuations à partir du mental lui-même car c’est alors ajouter de nouvelles fluctuations.

    Le yoga propose donc plutôt d’aborder ce problème par le corps à travers des postures – âsana– mais alors cette démarche ouvre vers d’autres pièges notamment celui de se perdre dans le physique voire de rechercher l’accumulation de pouvoirs corporels.

    Il y a dans la posture  – âsana– la recherche d’une stabilité à la fois du corps et du souffle. Ce dernier accompagne la posture et le souffle – pranayama– constitue le deuxième pilier du yoga. Au delà de la stabilité il y a en même temps recherche de l’aisance et de la liberté du corps.

    Lorsque la posture est mise en place dans cet esprit, c’est à dire dans un esprit de lâcher prise du mental alors seule l’attention demeure. Elle n’est ni objet ni sujet : elle n’est pas “mon attention” elle est Lumière impersonnelle. Elle est pure vision rétablie dans sa nature originelle.

    pour lire l’article sur le Temple des Consciences

  • Avec son livre “la danse du serpent” Romuald Leterrier , chercheur indépendant en ethnobotanique nous fait découvrir des liens avec d’autres mondes, ceux que côtoient les chamanes. Effectuant de longs séjours dans des tribus amérindiennes il nous présente ici ses rencontres personnelles avec ses autres mondes qu’il rencontre après avoir absorbé un breuvage à base d’ayahuasca préparé par le chamane.

    Cette contribution et ce questionnement de la réalité “ordinaire” offrent une perspective assez nouvelle sur la nature des rencontres avec des “aliènes” et des états de ravissement. Le terme français et sa composante mystique offrent d’ailleurs une clé supplémentaire à l’anglais Abduction (“enlèvement”).

    Il serait dommage de rejeter en bloc cette expérience, au prétexte qu’elle ne cadre pas avec notre conception formatée de l’univers. C’est plutôt l’occasion de s’interroger sur ce que nous croyons tenir pour certain.

    Pour en lire plus voir l’article sur le Temple des Consciences

  • La terre s’est formée il y a 4,567 milliards d’années.

    La définition de l’ organisme vivant ne fait pas encore consensus dans les milieux scientifiques mais la plupart reconnaissent deux propriétés au vivant. Ces organismes consomment de l’énergie sous forme de nutriments en rejetant des déchets et ils se reproduisent.

    Actuellement, les premières traces directes de micro-organismes sous forme de stromatolites ont été retrouvées en Australie.  Ces organismes remonteraient à 3,5 milliard d’années. Des preuves indirectes ont été retrouvées au sud-ouest du Groenland, elles dateraient de 3,7 à 3,8 milliards d’années. En 2017 des “micro-organismes putatifs” auraient été découverts au Québec et remonteraient à une période encore plus ancienne – 3,7 à 4,3 milliards d’années-.

    L’ hypothèse des sources hydrothermales de  la vie explique l’apparition de celle-ci dans l’eau qui s’engouffre dans les failles géologiques des océans provoquées par le déplacement des plaques tectoniques. Cette eau s’échauffe ainsi à environ 350 degrés et se charge de différents gaz d’où naîtrait la vie.

    Une autre hypothèse crédible place l’origine de la vie dans les comètes – cf observations comète de Halley par le programme Vega-et dans les météorites.

    En 1953, Miller réalisa une première expérience de chimie prébiotique qui lui permit de créer des cellules simplifiées à partir de méthane et d’autres gaz. Cette hypothèse de création de la vie dans l’atmosphère ne serait plus retenue car l’atmosphère ne contenait alors que très peu de méthane et beaucoup de gaz carbonique or cette expérience est quasi impossible à partir du gaz carbonique.

    En 2015, des chercheurs anglais ont renouvelé ce type d’expérience chimique à partir de cyanure et sulfure d’hydrogène et des ions de cuivre soumis à un rayonnement ultraviolet. Ils ont obtenu des nucléotides, briques de base d’ADN, des sucres et acides aminés et du glycérol, précurseur des lipides. Ces expériences de chimie prébiotique ne permettent pas d’affirmer que la vie soit née selon ce type d’expérience. On suppose actuellement qu’un monde d’ARN a précédé le monde d’ADN et de protéines.

    Les analyses de phylogénie moléculaire menées sur divers gènes des trois grands groupes d’êtres vivants, Archaébactéries, eubactéries et eucaryotes, suggèrent que tous les êtres vivants actuels ont pour origine un ancêtre commun qualifié en Anglais de Last Unicellular Common Ancestor ou LUCA. On suppose qu’un tel ancêtre hypothétique présentait les principales caractéristiques connues chez les cellules vivantes actuelles.

    Pour lire l’ensemble de l’article sur le Temple des Consciences

     

  • Le 23 février 1975, Robert Specty, alors catholique par fidélité, ainsi qu’il se définit, va vivre un événement particulier qui va transformer sa  vie de prière.

    En un instant tout bascula” dit-il. C’était à l’occasion d’une assemblée de prière du Renouveau charismatique à laquelle il participait pour la première fois et où il ne se sentait pas trop à l’aise.

    Un membre de l’assemblée lisait alors un passage d’un texte biblique et lorsqu’il entendit cette phrase : “vous n’êtes plus sous la Loi mais sous l’Amour” – en fait “sous la Grâce” dans le texte , Rm 6,14- ceci provoqua en lui un véritable électrochoc que l’intéressé ne peut mieux préciser qu’en relatant dans un article à lire ici  les conséquences qu’elles entraînèrent pour lui dans sa vie de croyant.

    Voici ici un témoignage  de l’action directe de l’Esprit sur l’homme  ici à partir d’une expérience spirituelle survenue dans le cadre de l’écoute d’un texte sacré de la spiritualité chrétienne.

     

    pour lire l’article de Robert Specty

  • Un article écrit à partir de  la  théorie du Tout 

    La bonne question n’est pas : “pourquoi voit-on quelque chose plutôt que rien ?”

    mais :

    Pourquoi ne voit-on qu’une chose alors qu’il y en a une infinité ?

     Il est aujourd’hui possible et même nécessaire d’envisager l’option spirituelle de manière rationnelle et scientifique à condition de redéfinir un cadre d’analyse large.

    Il faut repartir de l’Esprit, de l’Être, pour définir ce nouveau cadre par opposition au matérialisme qui relève d’une forme de croyance. En effet l’hypothèse spirituelle est aujourd’hui compatible avec les dernières avancées de la science.

    Cette science nous amène à nous intéresser au vide doté d’une énergie intrinsèque et c’est notre hypothèse, vibrant d’une infinité de réels. Cette hypothèse s’inscrit dans l’interprétation des mondes multiples d’Everett. Voilà toute la mesure de la révolution métaphysique en cours.

    Il n’y a pas de néant, il n’y a que le Tout.

    Au cours des derniers siècles, science et spiritualité se sont éloignées et la science s’est développée sur le primat de la matière sur l’Esprit niant même toute existence à ce dernier.

    Il convient de renverser le paradigme et de construire la science de la primauté de l’Esprit sur la matière ou pour le moins sa concomitance.

    Dans l’hypothèse du Tout toute proposition y compris celle-ci, dans la mesure où elle conceptualise, appauvrit. Mais faute de mieux il faut d’abord décrire un cadre conceptuel mathématique pour organiser ce nouveau paradigme même si parfois il s’accompagne d’un cadre poétique ou liturgique.

    Il y a quelques principes simples qui sous-tendent la formalisation mathématique :

    • ce n’est pas parce que vous êtes le témoin d’une seule réalité qu’il ne s’en déploie pas d’autres.
    • ce n’est pas parce que vous percevez un espace en trois dimensions qu’il n’y a pas une infinité de dimensions.

    Pour en lire plus

    pour accéder à la lecture de l’Hypothèse du Tout

  • d’après l’article du Temple des Consciences lui-même largement inspiré d’un article de Jocelin Morisson dans Inexploré de janvier 2017.

    Les facultés de télépathie, de voyance, de médiumnité, de psychokinèse ou de voyage hors du corps relèvent pour les unes du surnaturel – je dirais du transrationnel- pour les autres de dispositions naturelles

    Cet article est une illustration parfaite de ce que le site Conscience transrationnelle va essayer de montrer : nous ne sommes pas que mental et raison et notre monde est beaucoup plus que le simple monde de la matière…

    Les recherches sur la télépathie ont pris un essor en 1920 aux Etats-Unis avec le professeur Joseph Banks Rhine. Le chercheur allemand Stefan Schmidt a analysé 36 études d’interaction à distance entre systèmes vivants. Le chercheur américain Dean Radin  a montré la fiabilité statistique de phénomènes psi.

    Dans son ouvrage Super Pouvoirs, science et yoga, Enquête sur les facultés humaines extraordinaires, Dean Radin rappelle que ces facultés ont été décrites il y a des millénaires dans les textes sacrés de l’hindouisme ou du yoga.

    Ces visions sont au coeur de l’oeuvre de Sri Aurobindo et Teilhard de Chardin.

    Les principaux phénomènes psi évoqués : psychokinèsepoltergeist, ectoplasmietélépathierétrocognitionprécognitionpsychométrieradiesthésievoyage astral-, expérience de mort imminente, médiumnité, apparitions, hantise, transcommunication, lévitation mais aussi fakirisme, marche sur le feu, stigmatisation, inédie, thanatose etc…

    ->pour aller plus loin